Le Canadair de Sagone (1971)

Pélican 25 F-ZBBG

Pélican 25 F-ZBBG à 30 mètres de fond dans le golfe de Sagone. Photo Stéphan Le Gallais

En septembre 1971 un incendie de forêt se développe en Corse sur les hauteurs du golfe de Sagone au nord d'Ajaccio. Deux Canadairs sont demandés en renfort. Les deux appareils, dont Pélican 25 immatriculé F-ZBBG, se présentent et réalisent un premier écopage et largage. Pélican 25 se dirige alors vers la  baie toute proche pour un second écopage.  L'appareil est en hydroplanage et les écopes sont descendues afin de remplir d'eau les deux soutes de plus de 2 500 litres. L'appareil subit alors un brusque ralentissement et pique du nez, l'empennage se dressant vers le ciel. Les deux navigants, le pilote et le mécanicien, indemnes, arrivent à s'extraire de l'appareil et se jettent à l'eau. Ils ont tous deux recueillis par un plaisancier qui naviguait  à proximité de l'appareil en perdition. Ce dernier, en chandelle, commence à s'enfoncer lentement dans les eaux. La gendarmerie maritime, alertée, arrive sur les lieux avec une vedette rapide.

Avant de sombrer définitivement dans les eaux, le Canadair montre une importante déchirure sur son flanc. Il va chuter jusqu'au fond de la baie à une trentaine de de mètres. En coulant il va se retourner et se poser brutalement sur le fond sableux, se brisant le nez. La dérive se plante dans le sable et ancre l'appareil définitivement.

Depuis cette date l'appareil git donc au fond du golfe et est devenu un objet de curiosité pour les plongeurs sous-marins. Il fait également le bonheur d'un homard qui s'y est installé et de quelques mérous.

L'origine probable de l'avarie, à l'origine de ce sinistre, serait un défaut d'ouverture d'une écope qui aurait provoqué une forte trainée et une résistance transmise à la carlingue, entrainant son déchirement. Peu après l'accident les moteurs et divers autres éléments mécaniques ont été récupérés.