L’incendie du transatlantique Normandie (1942)

1. Le paquebot rattrapé par la Guerre

Le paquebot Normandie de la Compagnie générale transatlantique mis en service en 1935 sur la ligne Le Havre-New York© Benjamin Druel /Lela Presse

Le Normandie est un paquebot transatlantique français de la Compagnie générale transatlantique (CGT), construit par les Chantiers de Penhoët à Saint-Nazaire.  Il jauge près de 80 000 tonneaux et est long de plus de 300 mètres. Il est mis en service en 1935 sur la ligne Le havre-New York. C’est alors le plus grand paquebot du monde. On le considère aussi  comme le plus beau et le plus luxueux  jamais construits, symbole du raffinement à la française des années 1930. Il peut embarquer près de 2 000 passagers.

Le 23 Aout 1939 en début d’après-midi le Normandie doit appareiller du Havre vers New York. C’est sa 139ème traversée ! A bord se trouvent un grand nombre de passagers américains qui regagnent leur pays voyant la situation internationale se dégrader dangereusement en Europe. Nous sommes à quelques jours de la déclaration de guerre. On craint que le transatlantique soit identifié par les sous-marins U-Boots soupçonnés de sillonner déjà l’Atlantique et la Manche. Aussi les claires-voies des machines sont peintes en noir, l’éclairage extérieur est éteint, les rideaux sont soigneusement tirés dans les salons, comme dans les cabines, il est même interdit de fumer sur les ponts.

Le navire accoste au Pier1 88 à New York le 29 aout 1939.

La France et l’Angleterre déclarent la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939. Dans ce contexte le Normandie ne peut plus effectuer sa traversée de retour vers la France. En mer il est une cible facile pour les U-Boots et au port du Havre il est trop facilement repérable par les bombardiers allemands. Le Commandant du navire a reçu instruction de la direction de la Compagnie Générale Transatlantique de maintenir le navire à New York jusqu’à nouvel ordre.

L’attente commence. La Compagnie Générale Transatlantique ordonne de désarmer le navire et le personnel hôtelier est rapatrié en France. 180 membres d’équipage resterons à bord pour l’entretenir et le surveiller. Le service de  sécurité  incendie veille 24/24 . Mais les autorités américaines commencent à craindre que parmi l’équipage se trouvent des collaborateurs du gouvernement de Vichy, prêts à saboter le navire.

Le 7 Décembre 1941, c’est l’attaque de Pearl Harbor et tout se précipite. Le Normandie est réquisitionné et confié à la marine américaine. Environ 200 Coast Guards embarquent et remplacent l’équipage français. Seuls 15 officiers Français sont autorisés à rester.

Décision est prise, en décembre 1941, de transformer la navire en transport de troupes (l’architecte naval William Francis Gibbs propose même de le transformer en porte-avions mais l’idée ne sera pas retenue car la Navy peut aller vite et à moindre coût). Le chantier est prévu sur place, au pier 88, le port de New York n’ayant pas de radoub adapté à la taille du géant des mers. Près de 3000 ouvriers embarquent pour préparer le navire et commencer les travaux de transformation. Ces opérations se déroulent dans la précipitation. Les éléments décoratifs et le mobilier sont débarqués en janvier. Le navire est rebaptisé USS Lafayette pour rappeler l’origine française du navire même s’il sert dorénavant la marine américaine. Il doit rejoindre Boston en février 1942 pour entrer en cale sèche.

Notes
  1. Le « Pier » est l’équivalent américain de la jetée.